Toggle Menu

Description générale du projet

L’objectif du projet est de valider la faisabilité d’un service qui puisse, à terme, donner une estimation à l’échelle d’un pays de la population, présente sur une zone géographique déterminée. Cette estimation sera établie à partir d’images spatiales.
Diverses études, portant sur le même sujet ont déjà été réalisées, à partir d’images spatiales très haute résolution (typiquement 50cm) dont le coût est très élevé et la couverture très réduite (quelques dizaines de kilomètres), ce qui empêche la couverture de grandes superficies et surtout un rafraîchissement des données sur un période relativement courte.
Par contre, peut-on aujourd’hui produire une estimation de la population à partir d’image de plus faible résolution (typiquement des données décamétriques optiques ou radar)?

C’est ce que nous nous proposons de valider dans le cadre de ce projet, en :
•Identifiant toutes les sources utilisables, selon leur résolution spatiale, leurs caractéristiques spectrales et leur prix. Nous estimerons aussi la possibilité de croiser les informations obtenues afin d’améliorer la qualité des résultats obtenus. Par exemple : le radar est-il utilisable pour obtenir la hauteur moyenne des bâtiments ? l’infrarouge thermique peut-il être utilisé pour savoir si une zone est habitée ?
•Délimitant les zones habitées et caractérisant les différents habitats selon des critères de type et de densité : résidentiel dispersé, résidentiel dense, bâtiments moyenne hauteur dense, immeubles < 10 étages, …), •Déduisant de ces caractéristiques une estimation de la population à l’échelle du quartier, •Qualifiant les résultats obtenus par comparaison aux chiffres connus, et en y associant un indice de confiance. Nous disposons de chiffres relativement fiables sur certaines métropoles de l’Afrique de l’Ouest (Etude de l’Agence Française du Développement (AFD) : Africapolis) De telles informations vont pouvoir être utilisées par les pays émergents, les organisations internationales, les fondations ou les ONG et les grands groupes industriels. 1.Par les pays émergents, sur financement international, pour : •Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH), •Recensement à Vocation Etat-Civil (RAVEC), •Etablissement des listes électorales. 2.Par les organisations internationales, les fondations ou les ONG pour : •Qualifier les recensements réalisés par les pays et sur lesquels sont basées les aides internationales, disposer d’évaluation dans des zones inaccessibles (ex : conflits), ou ne possédant pas les moyens de réaliser un recensement, et enfin d’avoir des tendances d’évolution entre deux recensements. •Santé : Pouvoir dimensionner les moyens et les aides, prévoir et anticiper des risques sanitaires, réagir correctement aux épidémies/pandémies. •Gestion des risques naturels : anticipation sur des risques à évolution lente (réchauffement climatique), gestion de crises lorsqu’un cataclysme survient. 3.Par les grands groupes industriels, pour les domaines de la construction, de la gestion des infrastructures (téléphonie, réseaux de ressources et d’énergie, …), et de l’ingénierie où la connaissance de la répartition des populations sur une zone géographique permet de dimensionner les moyens et d’anticiper les besoins.